Promenades Ville fertile

Promenade proposée dans le cadre de l'exposition La Ville fertile, en partenariat avec la Cité de l'architecture & du patrimoine.

Cycle conçu par Michel Audouy.


Parc Montsouris. Vue depuis station Cité Universitaire RER B.
Concepteur du parc : Adolphe Alphand © Michel Péna



Parcours 1 : Samedi 18 juin de 14h à 19h
Axe Jardin des Tuileries – Parc du Chemin de l’Ile à Nanterre


Un jardin à la conquête du territoire.
Dès la Renaissance un axe central est-ouest organise le jardin des Tuileries de Catherine de Médicis mais il s’arrête probablement sur une fontaine adossée au mur d’enceinte. Dans sa transformation du jardin, vers 1668, André Le Nôtre élargit cet axe et le prolonge hors les murs, par une grande allée plantée d’ormes, jusqu’à la future place de l’Etoile. Cette allée est alors une promenade champêtre, et l’axe central d’une patte d’oie inachevée. Elle s’inscrit dans la continuité du chemin conçu sous Henri IV pour relier le Louvre à Saint-Germain.
Au XVIIIème siècle, dans le prolongement de l’aménagement de la place de la Concorde, les premières constructions (des hôtels particuliers) apparaissent de part et d’autre, un futur quartier s’esquisse.
L’architecte Jacques Hittorff aménage l’avenue des Champs-Elysées en 1834, et sous le second empire, Alphand crée les promenades et les jardins de la partie basse. A partir du carrefour de l’Etoile, l’avenue de la Grande Armée poursuit l’axe vers la colline de la Défense.
Cet axe sert également de colonne vertébrale au futur quartier d’affaire de la Défense imaginé au lendemain de la seconde guerre mondiale, plusieurs concours se succèdent. Dans les années 1980, la construction de la grande Arche sensée parachever l’axe lui donne finalement un nouveau départ, en banlieue. Au début des années 1990, Gilles Clément et Paul Chemetov sont lauréats d’un projet, aujourd’hui partiellement réalisé, de parc continu jusqu’à Nanterre et la Seine.

Par Laure Dezeuze, architecte et paysagiste DPLG
Avec Ronan Gallais, gérant de Mutablis paysage (jardin de l’Île à Nanterre)

Rendez-vous : 14h sous l'arc de triomphe du Carrousel (M° Palais Royal - Musée du Louvre) )

Frais de participation : 10 euros
> S'inscrire


Parcours 2 : Mercredi 22 juin de 14h à 19h
Des Grands Moulins au Jardin du Quai Branly, en s’arrêtant au Jardin des plantes


La Seine et ses jardins
Artère majeure de Paris, la Seine est bordée de jardins et de larges espaces publics plantés.
Le plus ancien est le jardin des plantes créé au début du XVIIème siècle dans les alluvions du fleuve et de son affluent la Bièvre. Quelques années plus tard, Le Nôtre crée la terrasse des bords de l’eau au jardin des Tuileries. A la même époque, l’esplanade des Invalides s’ouvre également sur la Seine, puis le Champ de Mars, conçu au départ comme lieu d’entrainement militaire. Au XIXème siècle, les quais se transforment peu à peu en promenade. Autour de la tour Eiffel, de part et d’autre de l’axe historique de l’Ecole militaire, le Champ de Mars devient un grand jardin public. En face, la colline de Chaillot est un grand parc ouvert alliant style « à l’anglaise » et style « Art déco ». Le XXème siècle, durant les Trente glorieuses, a longtemps hésité sur l’avenir des bords de Seine, avant de renouer avec les jardins. Le premier créé – le jardin de sculptures - se substitue au projet d’une voie rapide. Viennent dans la décennie suivante les parcs de Bercy et André-Citroën sur d’anciennes friches industrielles. Le parc Citroën se poursuit sur les quais, timidement.
Le nouveau quartier autour de la bibliothèque nationale tente de se construire dans un rapport à la Seine, illustré par la reconquête des quais, et la création de jardins et d’espaces publics perpendiculaires au fleuve, comme le jardin des Grands-Moulins. Une passerelle relie les deux rives, vers le parc de Bercy. En 2010, le conseil de Paris a voté le principe d’une réhabilitation des quais de la rive gauche au profit de la promenade. Le jardin du musée du quai Branly n’est pas directement lié à la Seine, mais ses concepteurs, architecte et paysagiste, ont pris le parti d’en faire la maille essentielle d’une succession d’espaces liés aux bords de Seine.

Par Laure Dezeuze, architecte et paysagiste DPLG
Avec Claude Bureau, jardinier en chef du Jardin des plantes.

Rendez-vous : 14h à l'angle de l'avenue de France et de la rue des Grands Moulins (M° Bibliothèque François Mitterrand)

Frais de participation : 10 euros
> S'inscrire


Parcours 3 : Samedi 2 juillet de 14h à 19h
Des Champs-Élysées au Bois de Boulogne


Les natures urbaines d’Alphand
Fort du soutien indéfectible de l’Etat pendant près de trente ans, Jean-Adolphe Alphand imagine, à partir des années 1850, un système de parcs et d’espaces publics plantés, pour l’ensemble de Paris. L’ingénieur établit une typologie suivant la nature, la forme et les usages propres à ces différents espaces : avenues, boulevards, places, squares, parcs, promenades, allées... Le principe est simple, des alignements d’arbres simples ou doubles prolongent dans tous les quartiers les arbres et la verdure mis en scène dans les jardins.
A l’est et à l’ouest, les bois réaménagés proposent un ensemble de promenades à l’orée de la ville.
La promenade des Champs-Elysées au Bois de Boulogne illustre ce principe d’une manière exemplaire. De l’avenue aux doubles alignements de platane jusqu’au bois, la transition se fait progressivement par l’avenue Foch. Au sein du bois, se côtoient une forêt aux grandes allées héritière du XVIIème siècle et les scènes d’une nature pittoresque Second empire, autour des lacs et au Pré-Catelan.

Par Michel Audouy, paysagiste DPLG
Avec Michel Pena, paysagiste, agence Pena.

Rendez-vous : 14h place de l'Étoile, à l'entrée de l'avenue Foch (M° Charles de Gaulle - Étoile)

Frais de participation : 10 euros
> S'inscrire


Parcours 4 : Dimanche 10 juillet de 14h à 19h
Du jardin naturel rue de la Réunion au cimetière du Père-Lachaise


Le milieu vivant mis en scène
A partir des années 1990, les préoccupations écologiques inspirent la création de nouveaux jardins, plus « naturels » dans la forme, dans le choix des végétaux et dans la gestion. Ainsi à Paris, comme dans de nombreuses villes, il est question de jardins sauvages, écologiques ou naturels.
Le jardin naturel est né au début des années 1990 sur une parcelle délaissée. Il présente sur quelques centaines de mètres carrés la reconstitution de plusieurs milieux naturels d’Ile de France. C’est un lieu d’observation de la nature autant qu’un square de quartier très passant, représentatif d’une nouvelle esthétique.
Près de là, le cimetière du Père-Lachaise, conçu en 1804 sur les principes d’un parc paysager est considéré comme une réserve de biodiversité dans sa partie « romantique ». Dans le 20ème arrondissement, il existe de nombreuses associations nées de la volonté de sauvegarder quelques parcelles de jardinage. L’intérêt pour la nature suscite des vocations jardinières et une plus grande implication des habitants dans le choix des projets.

NB : Cette promenade est une reprise partielle d’une promenade organisée par Jean-Philippe Teyssier en juillet 2010 dans le cadre de "Naturel Brut".

Par Jean-Philippe Teyssier, paysagiste DPLG, et avec Agnès Bochet, conceptrice du Jardin naturel.

Rendez-vous : 14h à la station de métro Alexandre Dumas (ligne 2)

Frais de participation : 10 euros
> S'inscrire